#Récit d’accouchement – Petitam

J’adore lire les récits d’accouchements. Je me suis rendue compte que je n’avais pas encore écrit les récits de Petitam et Libellule. Je vais donc y remédier très très vite ! Attention, prépares-toi, ce qui va suivre est long. Très long. 🙂

Petitam était prévu pour le 23 juin 2010. Ce jour la, à 8 heures du matin, j’avais rendez-vous à l’hôpital pour une visite de contrôle. Après deux, trois tests que toutes les mamans connaissent, et qui ne sont pas des plus agréables, la nouvelle tombe. « Si il n’est toujours pas la dans 10 jours, on provoque. Le col est encore fermé. » 

J’étais désespérée en ayant entendu ça. Moi qui avait fait mon ménage à 4 pattes. Moi qui avait nettoyé les vitres de tout l’appartement. Moi qui avait marché, marché et encore marché le jour avant. Je devais encore attendre 10 jours.

23 juin 2010 – 15h00

Je commence à avoir des douleurs dans le bas du ventre. Des douleurs similaires à celles que l’on à chaque mois, avant d’être indisposée. Je ne m’inquiète pas, à chaque fois qu’un touché est fait, j’ai mal par la suite. En plus, il n’arrivera pas aujourd’hui.

Je vais me coucher avec Papatam vers 22 heures, le lendemain il travaille, il se lève à 6 heures.

Vers 22 heures 30, je me réveille, les douleurs sont plus fortes, ce sont sûrement des contractions. Je me lève, me mets dans le canapé et commence à jouer à Spider Solitaire avec dans ma main, mon gsm pour chronométrer mes contractions et sur mes genoux, un papier et un stylo. C’est bizarre, elles sont assez régulières… Mais le médecin m’a dit que le col était fermé donc ce n’est pas possible…

J’appelle la maternité, la sage femme me dit de prendre un bain, si les douleurs s’arrêtent, c’est un faux travail, si ça continue, c’est que c’est parti.

Je n’ai pas de bain, donc je vais dans la douche. Les douleurs me tordent le ventre. En sortant, les douleurs continuent. C’est sûrement parce que c’est une douche et pas un bain. Ben ouais, logique.

4 heures du matin, je suis toujours au même endroit, à jouer à Spider solitaire, les contractions sont régulières et espacées de 6 minutes. La je le sens, c’est le moment. J’ai tellement mal que je me tire les cheveux et que je me mords la main pour ne pas crier.

6 heures du matin, Papatam arrive en courant dans le salon, ce qui m’arrache un sourire. « Quoi?! Qu’est ce qu’il y à ?! Ça y est ? »  quand je lui ai dit que j’étais la depuis 22 heures 30, il me traite de folle et me demande pourquoi je ne l’ai pas appelé ? Pour moi, si j’allais à l’hôpital, ils m’auraient remballés, alors j’attends que les contractions soient espacées de 2 minutes.

Je mets les dernières choses dans ma valise, chargeur téléphone, appareil photo, culottes, … et j’appelle ma belle sœur, il est 6 heures du matin mais étonnement, elle réponds en 3 secondes. « Je le savais ! Je le sentais ! Je n’arrivais pas à dormir ! » mon frère est arrivé dans les 5 minutes qui ont suivies.

7h00 on arrive à l’hôpital, une dame de ménage nous demande si on est la pour un accouchement ? Mouais…

Je suis placée sous monitoring après un énième touché et la elle me sors que je suis à 4 cm.

QUOI?! J’ai souffert pendant 8 heures pour 4 cm ?!

A ce moment la, je suis découragée, combien de temps ça va prendre ?

12 h 00 , je suis à 6 cm d’ouverture, on me pose la péridurale. J’arrive enfin à dormir un peu. Dormir est un gros mot, disons que je somnole. Je reviens à moi vers 14 h 00 +- Ça pousse en bas.

Un jour une amie à ma sœur (Jennyfer, si tu passes par la… 😀 ) m’a dit que si je sentais que ça pousse, fallait se retenir et ne surtout pas laisser venir. Évidemment je n’ai retenu que cette phrase, j’ai oublié le « si tu es en rue ou pas à l’hôpital »

Du coup, je me suis retenue et je n’ai pas appelé la sage femme. 14 h 45, je tremble, j’ai des sueurs froides, je vais tomber dans les pommes, j’ai froid. Papatam appelle la sage femme en panique, elle arrive, et me dit que je suis à 10 cm ! En fait, en me retenant ainsi, j’ai retardé le travail d’une heure au moins.

On ce met en place. Je vais enfin rencontrer mon bébé. Je vais enfin connaître ce sentiments que tellement de monde exprime. Je commence à pousser, au moment ou la tête passe, malgré la péridurale, j’ai eu un spasme de douleur. Mes jambes ce sont refermées, le docteur crie de les rouvrir mais je n’y arrive pas… C’est comme ci mes jambes étaient prise d’une crampe. La sage femme, le médecin et Papatam ont alors commencé à tirer sur mes jambes pour les écarter à nouveau. Pauvre Petitam ! 🙂

Le docteur m’a alors demandé si je voulais qu’ils placent un miroir pour que je puisse le voir sortir ? « Quelle horreur ! Non merci ! » Ensuite, il m’a demandé si je voulais l’attraper moi même ? J’avais trop peur donc j’ai dit non, je le regrette maintenant…

15h05 – 24 juin 2010

Petitam est né. Mon fils est né. Mon bébé est né.

La première chose que j’ai dit : « Oooh, on dirait mon père ! » je pense que du coup, il me ressemble.

Deuxième chose que j’ai dit : « Oooh, je vois ma kikinne ! » (Excuse moi pour ce détail, mais ceci fait partie intégrante de mon accouchement)

Après 24 heures, le voila enfin. C’était il y à bientôt 5 ans et c’est comme si j’y étais encore. J’ai une mémoire de poisson, mais ce jour la, est gravé minute par minute dans ma tête.

34548_415459078655_7753995_n 34548_415459093655_694636_nlogo fin article

Publicités

3 réflexions sur “#Récit d’accouchement – Petitam

  1. Pingback: #Récit d’accouchement – Libelulle | ethamtam

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s