1 + 1 = 4 , le dur passage de la vie d’enfant unique à grand frère.

J’étais contente d’annoncer à Petitam qu’il allait être grand frère, il était content de devenir grand frère, tout allait bien dans le meilleur des mondes…

Sauf que je ne m’attendais pas à ça…

Turbulences en vue !

J’ai toujours eu une relation très fusionnelle avec Petitam. D’ailleurs, pendant la grossesse de la Libellule, j’étais très morose, perturbée, mélancolique, Bref. J’avais des idées très noires étant enceinte. Tout le contraire de la grossesse de Petitam.

Le principal sujet qui me tourmentais était: ‘Est ce que je vais aimer ce bébé autant que j’aime mon fils?’ Pour moi ce bébé était un peu l’intrus qui allait s’interposer entre lui et moi. Ne vous inquiètez pas cher lectrices, ça m’est passé en voyant la bouille de ma petite libellule chérie 🙂

Quand libellule est arrivé, il y à 3 mois maintenant. J’étais la maman la plus heureuse du monde. Petitam venait me voir à l’hôpital et était super fière de sa petite sœur. Il l’est d’ailleurs toujours. Par contre c’était la première fois ou j’étais séparée de lui aussi longtemps. Il pleurait tout les soirs après sa maman.

Je ne sais plus quand tout à commencé, mais si je devais définir une date, je dirais que c’est le jour du retour de la maternité.

Mon bébé avait grandit. Mon tout petit garçon était soudain mon grand bonhomme. Et ça il ne le vit pas très bien. Certains dirons que ce n’est qu’un moment à passer, que c’est normal.

Peut-être… Mais on y laisse quand même des plumes. Autant lui que moi.

Avant les soirées rimaient avec doudouces, tv, calins, fauteuil, calme.

Maintenant les soirées riment avec cris et pleurs.

Petitam à 4 ans, il est en pleine phase d’opposition et l’arrivée de sa sœur n’arrange vraiment rien. Il dit non à tout, ne veut plus de câlins, plus de bisous, me dis que je suis méchante, que lui est grand, que je dois le laisser tranquille pour aller m’occuper de sa sœur car elle a besoin de moi. Alors j’essaie de parler, de lui faire comprendre, de lui faire des câlins le plus souvent possible. Je lui dis que lui aussi à besoin de moi, que je suis toujours sa maman. Mais rien y fait.

Il crie, je crie.

Il crie plus fort, moi encore plus

il s’énerve, je m’énerve

Je regrette, je souffle un bon coup, repense aux magasines psychologiques et me pose pour discuter et m’excuser de m’être emportée.

On se fait un câlin, on se dit je taime

 

5 minutes plus tard on recommence

Il crie, je crie… ect ect

devenir grand frère

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s